Développement durable, Il est urgent d’agir.

Intervention de Philippe Briant en Conseil Municipal du 5 novembre 2018

Seul le prononcé fait foi.

 

Monsieur le Maire, mes chers collègues,

 

A la lecture de ce rapport, nous sommes inquiets pour le développement durable à Mérignac. Alors que notre ville se targuait d’être aux avant-gardes, il semblerait que la dynamique soit en panne et que Mérignac se soit mis en mode suiveur voir même qu’elle ait mis le développement durable au second plan.

 

Absent de grand rendez-vous tels que le clean-up day, le rattrapage en catimini lors de la semaine bleu faisant illusion, en retard sur la décision d’extinction des lumières la nuit, action dont nous aurions aimé voir les résultats dans ce rapport. Mais le fait le plus inquiétant qui n’y figure pas non plus, reste la  disparition de l’adjoint dédié à 100% au développement durable, à mettre sur la liste des espèces menacées. C’est à notre sens un signe fort envoyé sur la place du développement durable à Mérignac.

 

Compte tenu de l’urgence ce thème nécessite à notre sens un temps complet.

 

Autre point à souligner dans ce rapport : comment juger de la progression du 3ème plan Agenda 21 et de ses 64 actions ?

Normalement, en reprenant ce document, il est mentionné que des indicateurs quantitatifs sont établis pour voir si les actions progressent. Indicateurs, il y a, mais point de comparaison on y trouvera. Pourquoi n’a-t-on pas l’évolution de ces indicateurs au fil des ans comme promis ? Le rapport développement  urable devrait être là pour nous apporter la réponse à ces questions. Mais il n’en est rien. Il faut dire que ça ne doit pas être facile tous les jours pour la seule personne des services travaillant sur ce dossier. Il doit se sentir bien seule avec les 180 actions à piloter même s’il est soutenu. Et malgré un travail de qualité, il est bien difficile de juger dans cette liste à la Prévert, où des chiffres sont repris d’une année sur l’autre, d’autres disparaissent. Je ne rentrerai pas dans l’énumération de ces indicateurs, mais comme promis en commission, j’évoque tout de même les 41 jardins partagés, et l’oubli de la jardinière partagées de plantes aromatiques de la résidence les Olympiades qui permettra l’année prochaine de faire évoluer l’indicateur.

 

 

Je rejoindrai mes collègues, il est urgent d’agir. Les enjeux écologiques doivent être mis au coeur même de l’action municipale et la mairie doit donner l’exemple avec un vrai changement de gouvernance. Une initiative intéressante avait été menée en 2013 avec une évaluation de sa responsabilité sociétale selon la norme ISO 26000.

 

La note, 425/1000, indiquait une organisation qui avait dépassé le stade de la prise de conscience, au-dessus de la moyenne générale en terme de prise en compte du développement durable. 5 ans après, est on allé plus loin que l’évaluation ? Et doit-on se contenter de cette note ?

 

Pourtant il existe d’autres actions structurantes à mener pour montrer l’exemple. Par exemple, la norme ISO14000 concernant la reconnaissance de la mise en place d’un système de management pour améliorer la performance environnementale grâce à une utilisation plus rationnelles des ressources et la réduction des déchets. On éviterait certainement l’arrosage de terrains d’entrainement en pleine journée sous 40°C comme on peut le voir tous les étés. Il y aurait des poubelles à tris sélectifs dans toutes les salles. Deux exemples parmi tant d’autres.

 

La norme ISO50000 sur le management de l’énergie permettrait à la ville d’avoir une gestion efficace de l’énergie, d’en réduire la consommation. Mais elle nécessite un diagnostic, des outils de suivi, des actions de rénovations. C’est un des points faibles soulignés par le rapport de CODEV qui sera évoqué dans une délibération à venir. A Mérignac, les équipements publics sont à rationaliser et moderniser.

 

Nous y voyons une opportunité, non ? Mais il est vrai que pour ça il faut être en capacité d’avoir un plan pluri-annuel d’investissement supérieur à la hauteur.

 

Déjà, des premières collectivités s’engagent dans ces démarches responsables, pour l’environnement, pour les futures générations.

 

Je me répète donc, Il est urgent d’agir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *